Previous Article6 projections d’expert sur les paiements de demainNext ArticleCOVID-19 : aider les utilisateurs d’argent liquide pendant une crise

Y aura-t-il une réglementation pour limiter l'émergence de sociétés sans argent liquide ?

Les États-Unis sont les premiers à interdire aux commerçants de refuser les paiements en liquide. Verrons-nous bientôt cette tendance traverser l'Atlantique pour arriver en Europe ? Quel sera son impact sur le commerce électronique ?

La croissance des méthodes de paiement alternatif pour encaisser les transactions personnelles en liquide, allant des cartes sans contact aux portefeuilles mobiles tels qu'Apple Pay et Google Pay, signifie que le rôle des espèces évolue dans le paysage des paiements. Même si l'argent liquide est toujours roi pour de nombreux consommateurs, cela n'a pas empêché certains de se demander si et quand le besoin d'espèces disparaîtrait complètement dans le futur.

Pour certaines petites entreprises de vente au détail, certains soutiennent que la réduction spectaculaire du nombre de clients payant en espèces signifie que les avantages de ne pas accepter d'argent liquide l'emportent sur les pertes liées au refus de clients qui ne paient qu'en espèces. La gestion liée à la collecte, à l'enregistrement et au dépôt d'espèces à la banque ainsi que la menace pour la sécurité de conserver de l'argent liquide dans les magasins conduit les petites entreprises de pays comme le Royaume-Uni à refuser complètement les paiements en espèces.

Discrimination à l'encontre des consommateurs payant en argent liquide

Mais aucune des données indiquant la réduction globale de l'utilisation de l'argent liquide par les consommateurs ne reflète réellement la situation. D'après la Commission britannique pour l'inclusion financière, 1,5 million d'adultes au Royaume-Uni ne sont pas bancarisés. En outre, 2,2 millions d'adultes dépendent toujours de l'argent liquide pour leurs dépenses quotidiennes. Pour ces consommateurs, la suppression progressive du liquide de l'écosystème des paiements serait extrêmement dommageable, car elle exclurait ceux qui ne peuvent pas payer ou ne paieront pas avec un autre moyen. Cette dichotomie se retrouve à travers l'Europe. Alors que l'usage de l'argent liquide devrait globalement diminuer en Europe, près de 40 millions de citoyens européens n'ont toujours pas de compte bancaire.

Est-ce pour cette raison que la tendance d’interdire le refus d'accepter l’argent liquide pour des motifs discriminatoires s’est sensiblement accélérée aux États-Unis, avec des villes telles que Philadelphie et San Francisco qui empêchent les commerçants de refuser d’accepter les paiements en liquide ? Une législation allant dans le même sens a été proposée dans bon nombre d’autres villes et même États américains.

Bien qu'il n'y ait pas eu à ce jour de vague de soutien substantielle pour interdire aux détaillants de refuser d'accepter l'argent liquide en Europe, les raisons qui ont poussé les législateurs américains à prendre ces mesures s'appliquent également en Europe. Les organismes de défense des consommateurs tels que le Bureau européen des unions de consommateurs commencent à proposer qu'une législation soit mise en place au niveau de l'UE afin de garantir que les consommateurs aient un droit d'accès et d'utilisation des espèces non discriminatoire. Cette législation s'attaquerait également à la diminution du nombre de distributeurs automatiques qui représente un autre problème affectant la capacité du consommateur à effectuer des paiements.

 

L'argent liquide électronique comme méthode de paiement non discriminatoire pour l'économie numérique

Nous devrons attendre pour voir si le mouvement d'interdiction des magasins refusant les paiements en liquide s'accélère en Europe, mais l'impact potentiel de ce phénomène pourrait être conséquent, au-delà des détaillants directement touchés.

Si les législateurs européens tentent de protéger les consommateurs payant en liquide en mettant en place une réglementation garantissant le droit d'effectuer des paiements en espèces, cela pourrait-il également affecter la façon dont les marchands de l'économie numérique acceptent les paiements ?

Peut-être. Bien qu'il semble extrêmement improbable qu'une réglementation garantissant l'acceptation de l'argent liquide s'étende aux transactions en ligne, les marchands sont de plus en plus conscients de la valeur potentielle pour leur entreprise de la commercialisation de biens et services en ligne destinés aux consommateurs dépendants des espèces. Si les droits des consommateurs de continuer à payer en liquide sont protégés par la loi, les marchands auront une raison légitime d'investir dans l'intégration de solutions de paiement en ligne en argent liquide électronique, sachant que les consommateurs payant en espèces ne seront pas voués à disparaître.

L'argent liquide reste donc le principal moyen de paiement d'une grande partie des consommateurs qui exigent également d'avoir accès aux produits et services numériques. Il est donc logique sur le plan financier de leur accorder le droit de payer ces services en liquide.

Même en Suède, le pays dont la dépendance à l'argent liquide est la plus faible en Europe, la tendance des consommateurs à se passer complètement d'argent liquide n'est pas évidente à l'heure actuelle. Malgré la forte diminution de l'adoption des espèces au cours des dernières années, cette tendance semble s'inverser. En effet, les liquidités en circulation en Suède ont augmenté en 2018 pour la première fois depuis 2007.

Aucune tendance vers une société sans argent liquide ne se dessine dans un avenir proche tant pour les consommateurs que pour les entreprises, et avec au moins une partie des consommateurs préférant les espèces ou dépendant de celles-ci (la majorité des consommateurs dans des pays comme l'Allemagne et l'Autriche), l'adoption de l'argent liquide électronique comme moyen de paiement en ligne représente une étape logique pour les opérateurs.

Articles recommandés

La législation en faveur de l’argent liquide interrompra-t-elle la marche vers l...

May 24, 2022 - Le Massachusetts a montré la voie en 1978 en interdisant aux entreprises de refuser les paiements en espèces à une époque où les cartes de débit et de crédit étaient encore rares et que les portefeuilles numériques n’étaient que pure fiction.

  • Jan Marc Kuelper, SVP, Enterprise Sales, North America, Paysafe
En savoir plus

Le Massachusetts a montré la voie en 1978 en interdisant aux entreprises de refuser les paiements en espèces à une époque où les cartes de débit et de crédit étaient encore rares et que les portefeuilles numériques n’étaient que pure fiction.

En savoir plus

L'avantage du eCash : pourquoi il est grand temps que les marchands acceptent le...

Oct 04, 2022 - La demande en paiements en espèces en ligne des consommateurs ne cesse de croître. Les marchands en ligne qui les acceptent à leur caisse bénéficient d'un avantage compétitif important.

  • Chirag Patel, President, Digital Wallets
En savoir plus

La demande en paiements en espèces en ligne des consommateurs ne cesse de croître. Les marchands en ligne qui les acceptent à leur caisse bénéficient d'un avantage compétitif important.

En savoir plus

Pourquoi lutter en faveur de l'inclusion financière sera la clé de la reprise po...

Mar 23, 2021 - L'impact économique de la pandémie a durement frappé de nombreux consommateurs et entreprises américains, et parmi les personnes les plus touchées, il faut citer les personnes non-bancarisées et leurs communautés. S’attaquer aux questions de l'inclusion financière doit être une priorité au moment de la reprise post-COVID-19.

  • Jan Marc Kuelper, SVP, Enterprise Sales, North America, Paysafe
En savoir plus

L'impact économique de la pandémie a durement frappé de nombreux consommateurs et entreprises américains, et parmi les personnes les plus touchées, il faut citer les personnes non-bancarisées et leurs communautés. S’attaquer aux questions de l'inclusion financière doit être une priorité au moment de la reprise post-COVID-19.

En savoir plus