Previous ArticlePaysafecash arrive au MexiqueNext ArticleComment l'eCash peut-il aider les étudiants à rembourser leurs prêts

Prendre l’avantage sur le marché numérisé et accéléré des transferts

Alors que le secteur des services financiers s’est numérisé très rapidement, le marché des transferts constituait l’un des derniers bastions de résistance.

En 2019, 90 % des transferts étaient encore réalisés en espèces aussi bien du côté de l’expéditeur que du côté du bénéficiaire, étant donné le pourcentage élevé de personnes non bancarisées dans le monde. Elles n’ont donc pas accès aux services financiers, notamment aux comptes bancaires, ni à d’autres éléments matériels de base qui permettent d’effectuer un transfert numérique.

La pandémie de COVID-19 est ensuite apparue et a tout bouleversé. Au début de cette crise, une chute en glissement annuel des volumes de transferts a été le signe précurseur de ce changement. Cette baisse a découlé en partie de la récession exceptionnelle de l’économie mondiale, mais également des consommateurs qui utilisaient les transactions en espèces pour envoyer de l’argent à leur famille à l’étranger et ne pouvaient simplement plus le faire lorsque les boutiques physiques ont fermé en raison des directives réglementaires.

Mais, alors que les confinements et autres restrictions des interactions en personne sont encore en place et que les expéditeurs doivent toujours envoyer de l’argent à leur famille, le marché des transferts numériques a explosé.

Même s’il s’agit d’une excellente nouvelle pour les prestataires de services de transferts numériques, cela soulève une importante question. Avec une concurrence grandissante, comment être sûr d’être en bonne position pour exploiter au mieux cette opportunité ?

La numérisation en chiffres : comment la COVID-19 a transformé l’univers des transferts

Selon l’International Association of Money Transfer Networks, en 2020, 40,2 % des transferts réalisés auparavant en espèces sont devenus numériques.

Dans le même temps, 34,1 % des nouveaux clients effectuant des transferts, notamment des utilisateurs plus âgés pour la plupart qui ont du mal à adopter les nouvelles technologies, ont choisi les canaux numériques. Et 25,6 % des personnes ayant l’habitude d’envoyer de l’argent dans leur pays par le biais des canaux informels sont également passées au numérique.

Ce changement était une conséquence directe de la pandémie.

Lorsque les économies de certains pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Italie allaient mal (par exemple, l’économie des États-Unis a connu sa pire contraction en 74 ans), les économies des nations en développement ont été frappées encore plus durement. En conséquence, les migrants se sont rassemblés, ont puisé dans leur épargne et 15 % d’entre eux ont même emprunté de l’argent pour pouvoir envoyer un peu d’argent à leur famille.

Et surtout, la plupart des expéditeurs se sont efforcés de surmonter les difficultés qui les avaient détournés des méthodes de transferts numériques par le passé, notamment la non possession d’un compte bancaire ou une dépendance envers l’argent liquide pour d’autres raisons, y compris une défiance générale envers les méthodes de paiement numérique. Comme l’a précisé le secrétaire général des Nations unies António Guterres, les migrants jouent « un rôle capital dans le monde en développement ». En ces temps extraordinairement difficiles, ils ont fait des sacrifices considérables en mettant leurs familles au premier plan.

Assouplir le processus

Si l’appétit pour les transferts numériques a augmenté tout au long de l’année 2020, cette demande n’a pu être satisfaite qu’en raison de l’intervention des prestataires de services et des gouvernements.

En Afrique subsaharienne, par exemple, la plupart des entreprises ont réduit fortement, ou ont renoncé à, leurs frais sur l’argent mobile, alors que les régulateurs ont relevé les limites des transactions et assoupli les exigences sur la connaissance du client.

De même, du côté de l’offre, les prestataires de services de transferts des pays développés ont fait de l’amélioration de leurs canaux numériques une priorité majeure, les gouvernements ont inscrit les entreprises de transferts de fonds sur leurs listes des services essentiels et les régulateurs ont assoupli les règles de déclaration et autres exigences pour faciliter la transition vers le numérique.

Mais, même si les clients et les prestataires de services ont dû s’adapter par nécessité, il n’est pas garanti que cette transition vers le numérique sera permanente.

Pour que ce changement prenne, les fournisseurs de transferts numériques doivent garder à l’esprit les réalités pratiques à la fois des personnes qui envoient de l’argent et de celles dont la survie dépend de cet argent.

La transaction refusée : résoudre les défis des transferts numériques

Alors qu’attendent les utilisateurs, que ce soient les expéditeurs ou les bénéficiaires, des services de transfert de fonds ?

En résumé, ils veulent des transactions qui vont aboutir, qui sont rapides et qui sont les moins chères possible.

Étant donné que les transferts font souvent la différence entre la capacité ou non de payer des besoins essentiels comme la nourriture, le loyer et les services publics, l’assurance qu’un paiement aboutira et parviendra au bénéficiaire rapidement est fondamentale.

La plupart des clients voulaient faire le grand saut et utiliser les canaux numériques à cause de la pandémie de COVID-19 qui avait réduit leur choix de « paiement numérique ou espèces » à « paiement numérique ou rien ». Mais, à moins que les taux d’exécution des paiements restent élevés (et que le service soit sûr et rapide), il est probable que ces clients souvent récalcitrants reviendront à leurs anciennes méthodes de transferts testées et éprouvées dès qu’ils le pourront. Malgré tous leurs défauts (principalement des coûts élevés et un manque de praticité), les boutiques physiques traditionnelles qui acceptent les espèces sont fiables ; si les entreprises de transferts de fonds ne parviennent pas à les concurrencer sur ce terrain en acceptant toutes les transactions légitimes, alors elles ne pourront pas à attirer de nouveaux clients potentiels.

Dans le même temps, le coût constitue également un facteur.

En 2018, les migrants perdaient collectivement 25 milliards de dollars par an environ en frais de transfert, dont au moins 1 milliard que les bénéficiaires auraient pu dépenser en éducation dans les pays en développement. Dans le climat économique plus difficile que la pandémie de COVID-19 a entraîné, l’impact de ces frais de transaction est encore plus grave. Tellement grave que le secrétaire général des Nations unies António Guterres a demandé qu’ils soient « aussi proches de zéro que possible » afin de « favoriser… l’inclusion financière…

Du point de vue des prestataires de services de transferts de fonds, il est donc primordial de s’associer au bon acquéreur. Un acquéreur expérimenté peut vous aider à comprendre les exigences réglementaires des différents pays et vous donner accès aux outils adaptés afin que les paiements atteignent rapidement le bénéficiaire, sans être considérés comme des paiements suspects par erreur et être bloqués.

En s’associant à un spécialiste, vous pouvez également réduire vos frais généraux afin que vos frais de transactions restent compétitifs.

La nécessaire pertinence

Il est évident qu’une transaction rapide, sûre et réussie à un coût abordable ne constitue qu’une partie de l’équation. Et il est tout aussi important voire plus que la transaction soit pratique. Ce qui implique de proposer aux clients plusieurs méthodes de paiement et de remise.

Selon une étude conjointe menée par la Banque du Canada et la banque centrale des Pays-Bas, l’accès et la disponibilité sont les deux principaux facteurs qui influencent le choix du paiement dans les transferts.

Et pour cause. Comme dans d’autres cas, les clients veulent utiliser leur méthode de paiement préférée, qu’il s’agisse d’une carte de crédit, d’un portefeuille numérique ou, dans le cas de la plupart des migrants économiques, des espèces.

Et surtout, ils veulent être sûrs que la personne à l’autre bout de la transaction recevra l’argent selon la méthode la plus sensée pour elle. Ce qui n’est pas nécessairement le virement bancaire. Dans des pays comme le Mexique, les Philippines et le Bangladesh (trois des pays enregistrant le plus grand nombre de transferts), l’accès à l’infrastructure et aux installations bancaires peut être limité et les économies reposent principalement sur l’argent liquide.

Les prestataires de services de transferts numériques ne peuvent pas créer une activité durable s’ils ne répondent pas à ces préférences. Ce qui implique d’accepter un large éventail de méthodes de paiement et de remise, y compris les espèces en ligne.

Pour ces fournisseurs, l’acceptation de l’argent liquide présente également deux autres avantages substantiels.

C’est une alternative fiable en cas d’échec d’un paiement par carte ou par portefeuille, qui stimule les conversions. Et le fait que les bénéficiaires doivent se rendre dans un magasin pour récupérer des espèces augmente la fréquentation et donc les recettes.

Les espèces jouent toujours un rôle capital dans un monde numérique

Le marché des transferts va-t-il poursuivre sa marche vers la numérisation totale après la pandémie de COVID-19 ? Ou les clients reviendront-ils à leurs vieilles habitudes ?

Bien que personne ne puisse prédire l’avenir avec certitude, une chose est sûre. Même si la numérisation se poursuit, elle n’implique pas pour autant que les expéditeurs se détourneront des espèces. Comme mentionné précédemment, la majeure partie de la population mondiale n’est toujours pas bancarisée et dépend donc fortement des transactions en espèces. Il en va ainsi, de manière disproportionnée, pour les expéditeurs et bénéficiaires réguliers des transferts internationaux. Il ne sera pas possible d’intégrer définitivement ces consommateurs dans le monde des transferts numériques sans leur permettre d’utiliser l’argent liquide comme méthode de paiement principale.

Pour les prestataires de services de transferts numériques, le message est clair.

Il sera primordial d’optimiser les conversions, de minimiser le risque et d’offrir une gamme de méthodes de paiement efficaces, sûres et pratiques, y compris les espèces numériques, pour attirer et conserver de nouveaux clients et réussir à long terme.

Articles recommandés

Le rôle du liquide après la COVID-19

Jun 01, 2021 - La pandémie a éloigné les consommateurs des magasins et des activités pendant la majeure partie des 15 derniers mois. Quel sera le rôle du liquide lorsque nous reviendrons à la normale ?

  • Udo Mueller, CEO paysafecard
En savoir plus

La pandémie a éloigné les consommateurs des magasins et des activités pendant la majeure partie des 15 derniers mois. Quel sera le rôle du liquide lorsque nous reviendrons à la normale ?

En savoir plus

Pourquoi lutter en faveur de l'inclusion financière sera la clé de la reprise po...

Mar 23, 2021 - L'impact économique de la pandémie a durement frappé de nombreux consommateurs et entreprises américains, et parmi les personnes les plus touchées, il faut citer les personnes non-bancarisées et leurs communautés. S’attaquer aux questions de l'inclusion financière doit être une priorité au moment de la reprise post-COVID-19.

  • Jan Marc Kuelper, SVP, Enterprise Sales, North America, Paysafe
En savoir plus

L'impact économique de la pandémie a durement frappé de nombreux consommateurs et entreprises américains, et parmi les personnes les plus touchées, il faut citer les personnes non-bancarisées et leurs communautés. S’attaquer aux questions de l'inclusion financière doit être une priorité au moment de la reprise post-COVID-19.

En savoir plus

Pour quelle raison la COVID-19 transformera-t-elle la relation du consommateur à...

Dec 09, 2020 - Dans le sillage de la pandémie, les consommateurs américains utilisent plus que jamais les méthodes de paiement électroniques. Ils n’abandonnent pas pour autant les espèces, la plupart considérant la monnaie électronique comme la solution à la majorité de leurs préoccupations s’agissant des paiements en ligne.

En savoir plus

Dans le sillage de la pandémie, les consommateurs américains utilisent plus que jamais les méthodes de paiement électroniques. Ils n’abandonnent pas pour autant les espèces, la plupart considérant la monnaie électronique comme la solution à la majorité de leurs préoccupations s’agissant des paiements en ligne.

En savoir plus