Previous ArticlePrendre l’avantage sur le marché numérisé et accéléré des transfertsNext ArticleSOYEZ PERTINENT : pourquoi l'eCash est essentiel pour que les néobanques deviennent le premier partenaire bancaire

Comment l'eCash peut-il aider les étudiants à rembourser leurs prêts

La plupart des Américains pensent qu’il est important d’aller à l’université. Cependant, pour de plus en plus de jeunes, le coût des études universitaires est de plus en plus prohibitif.

Entre 2000 et 2020, le coût de l’enseignement universitaire a plus que doublé, augmentant à un taux de 6,8 % par an.

Et surtout, alors que les employés diplômés gagnent en moyenne 75 % de plus que les bacheliers, un diplôme universitaire ne garantit pas un emploi bien rémunéré.

Et pour les diplômés qui se retrouvent à travailler pour un salaire de misère et vivent à découvert, le remboursement d’un prêt étudiant élevé est un combat permanent.

Combien coûtent les études universitaires ?

D’après les derniers chiffres de l’Education Data Initiative, le coût d’un programme universitaire de 4 ans atteint 27 023 $ par an dans une université publique et 35 807 $ par an dans une école privée.

Et ces chiffres ne couvrent que l’enseignement.

Lorsque vous prenez en compte le coût des livres, des fournitures et autre matériel pédagogique, l’hébergement et les frais de subsistance sans oublier les intérêts des prêts étudiants, le coût d’une maîtrise peut atteindre 53 217 $ par an ou plus, soit une somme impressionnante de 212 868 $ en quatre ans.

Il n’est donc pas surprenant que 51 % des diplômés universitaires déclarent que la dette de leurs études les oblige à repousser certaines étapes importantes de la vie, notamment se marier, acheter sa première maison et avoir des enfants.

Pire encore, certains étudiants se noient dans les difficultés financières à cause de cet endettement.

Selon les statistiques officielles du ministère américain de l’éducation, 30 % des diplômés ont des arriérés, cessent de payer les échéances ou sont incapables de rembourser leur prêt dans les six ans qui suivent l’obtention de leur diplôme.

Enlisés dans une ornière

Alors que la pandémie de COVID-19 a fortement impacté le marché de l’emploi (en 2020, seuls 50,2 % des diplômés ont trouvé un emploi bien payé dans les six mois qui ont suivi l’obtention de leur diplôme), le nombre de diplômés travaillant pour un bas salaire et se débattant pour rembourser leur prêt étudiant augmente régulièrement depuis des années.

Les salaires des emplois de base qui nécessitent un diplôme universitaire ont atteint des plafonds historiques. Et la compétition pour ces emplois est féroce.

Par conséquent, selon la Federal Reserve Bank of New York, les jeunes âgés de 22 à 27 ans qui ont au moins une maîtrise sont plus susceptibles d’être au chômage ou d’être sous-employés (c.-à-d. avoir un emploi mal payé pour lequel ils sont surqualifiés) que tout autre groupe démographique.

Avec des salaires de 25 000 $ par an ou moins et un marché de l’emploi qui assombrit leurs perspectives d’avenir, ces employés se débattent pour payer le loyer, les services publics et les dépenses journalières, sans parler du remboursement de leur prêt étudiant.

Mais même lorsqu’ils parviennent à se serrer la ceinture et à économiser suffisamment pour rembourser une partie de leur prêt étudiant, ils sont confrontés à deux difficultés majeures.

En premier lieu, la plupart des emplois mal payés (en particulier dans le secteur de l’hôtellerie et dans l’économie des petits boulots) sont payés au moins en partie en espèces.

Deuxièmement, les employés mal payés sont plus susceptibles d’avoir peu ou pas de services bancaires, étant donné que l’accès aux services bancaires est fortement corrélé avec les revenus.

Lorsque la Federal Deposit Insurance Corporation a interrogé des foyers sur les services bancaires, 50 % des répondants sans compte bancaire ont déclaré que leur incapacité à satisfaire aux exigences de dépôt minimum ou à payer les frais était à l’origine de cette situation.

En clair, moins vous avez d’argent, plus l’accès aux services financiers est cher.

Faciliter le remboursement des prêts étudiants avec l'eCash

Étant donné leur dépendance envers les espèces et leur accès limité, voire inexistant, aux services bancaires traditionnels, les diplômés ayant un emploi mal rémunéré se retrouvent souvent pris dans un cercle vicieux, incapables de rembourser leurs dettes.

Entretemps, les intérêts continuent de courir et la dette devient de plus en plus ingérable.

Alors que plusieurs raisons complexes, dont certaines remontent à des décennies, sont à l’origine de cette crise de l’endettement étudiant, le choix des méthodes de paiement n’améliore pas les choses. Les sociétés de prêts étudiants n’acceptent pas les espèces. Par conséquent, les bas salaires qui ne peuvent pas avoir de compte bancaire, de carte de débit ou de carte de crédit ne peuvent pas rembourser, même s’ils ont mis de l’argent de côté.

Jan Marc Kuelper 

SVP, Enterprise Sales, North America
Paysafe 

L’élargissement des méthodes de paiement pour intégrer une solution d'eCash offrirait aux diplômés une possibilité de briser ce cercle vicieux en leur permettant de payer avec une méthode qui est déjà à leur disposition.

L’élargissement des méthodes de paiement pour intégrer une solution d'eCash offrirait aux diplômés une possibilité de briser ce cercle vicieux en leur permettant de payer avec une méthode qui est déjà à leur disposition.

Mais les sociétés de prêts étudiants en profiteront également car elles peuvent réduire le nombre de prêts étudiants suspendus ou en souffrance grâce à une méthode de paiement fiable et rentable que leurs clients préfèrent pour éviter les difficultés.

Pour accepter des paiements en eCash, il suffit d’intégrer un code-barres sur le relevé de prêt mensuel. Le relevé peut être envoyé par courrier ou téléchargé en ligne. Une fois reçu, il peut être imprimé, apporté dans le point de paiement le plus proche et réglé en espèces.

Et surtout, les sociétés de prêts étudiants n’ont pas à ouvrir d’établissements physiques ou à engager d’autres employés pour accepter les paiements en espèces. Les sociétés qui proposent des paiements en eCash disposent d’un vaste réseau de 70 000 magasins à travers les États-Unis où tout le monde peut se rendre, scanner le code de sa facture et payer en espèces.

L’université doit élargir votre horizon, pas vous ensevelir sous les dettes

La dette étudiante atteint des sommets critiques avec 1,7 trillion de dollars en novembre 2021 (derrière les prêts hypothécaires).

Pire encore, les individus issus de milieux socio-économiques défavorisés sont plus susceptibles d’être affectés.

L’augmentation des coûts implique qu’ils doivent emprunter davantage pour aller à l’université. En retour, ils sont plus susceptibles d’avoir du mal à rembourser leurs prêts étudiants. En conséquence, ce qui permettait traditionnellement aux gens d’améliorer leur avenir assombrit de plus en plus leur vie.

Comme le remarque le Center for American Progress (un institut politique indépendant et non partisan) :

"Il est important de comprendre qui ne parvient pas à rembourser [son prêt étudiant] et pourquoi, pas seulement à cause des graves conséquences auxquelles les emprunteurs sont confrontés lorsqu’ils se retrouvent dans cette situation...

« Les jeunes qui voient leurs parents ou leur entourage perdre des remboursements d’impôt indispensables à cause de leur dette étudiante ou les entendre dire que l’université n’était pas faite pour eux peuvent avoir des doutes concernant l’intérêt de poursuivre des études supérieures. »"

Bien qu’il n’existe aucune solution facile ou rapide, il est possible de changer vraiment les choses en proposant aux diplômés plusieurs options de paiement.

Mettre l'eCash à la disposition des jeunes diplômés peut alléger ce fardeau en rendant les remboursements plus pratiques et accessibles à tous, peu importe qui ils sont, combien ils gagnent et s’ils ont accès à un compte bancaire.

Articles recommandés

Les consommateurs américains devraient-ils pouvoir rembourser leurs prêts en esp...

Apr 29, 2021 - L'impact de la COVID-19 et notamment ses conséquences considérables sur l'économie mondiale continuent de se faire sentir à travers le monde. Les mesures de distanciation sociale ont provoqué la fermeture de nombreuses entreprises et une explosion du chômage. Même les personnes qui ont travaillé sans interruption pendant la pandémie ont eu des difficultés, attendant le prochain salaire pour payer leurs factures, en particulier aux États-Unis ou 63 % de la population est dans ce cas de figure*.

  • Jan Marc Kuelper, SVP, Enterprise Sales, North America, Paysafe
En savoir plus

L'impact de la COVID-19 et notamment ses conséquences considérables sur l'économie mondiale continuent de se faire sentir à travers le monde. Les mesures de distanciation sociale ont provoqué la fermeture de nombreuses entreprises et une explosion du chômage. Même les personnes qui ont travaillé sans interruption pendant la pandémie ont eu des difficultés, attendant le prochain salaire pour payer leurs factures, en particulier aux États-Unis ou 63 % de la population est dans ce cas de figure*.

En savoir plus

Monnaie numérique et commerce mobile : la combinaison gagnante pour les consomma...

Jul 28, 2020 - Près de 50 % des consommateurs de la génération Z, âgés de 16 à 24 ans, utilisent essentiellement leur téléphone portable pour faire des achats, ce qui en fait les principaux utilisateurs du commerce mobile ou m-commerce. Au vu de l’évolution constante de cette tendance, comment les entreprises peuvent-elles mieux répondre à ces besoins ?

En savoir plus

Près de 50 % des consommateurs de la génération Z, âgés de 16 à 24 ans, utilisent essentiellement leur téléphone portable pour faire des achats, ce qui en fait les principaux utilisateurs du commerce mobile ou m-commerce. Au vu de l’évolution constante de cette tendance, comment les entreprises peuvent-elles mieux répondre à ces besoins ?

En savoir plus

Pourquoi la génération Z détient-elle la clé des néo-banques

Apr 07, 2022 - Les services bancaires numériques continuent à remettre en cause les services financiers traditionnels, mais la compétition pour gagner des clients devient féroce. Alors qui sortira vainqueur?

  • Robert Albrecht, Head of Paysafecash
En savoir plus

Les services bancaires numériques continuent à remettre en cause les services financiers traditionnels, mais la compétition pour gagner des clients devient féroce. Alors qui sortira vainqueur?

En savoir plus