Previous ArticlePourquoi la génération Z détient-elle la clé des néo-banquesNext ArticlePour quelle raison la COVID-19 transformera-t-elle la relation du consommateur à l’argent liquide

Pourquoi les gestionnaires immobiliers américains devraient-ils envisager d’accepter le liquide numérique ?

Récemment sur le Blog de Paysafecash*, nous avons commenté le fait qu’avant la pandémie mondiale, 82 % des loyers aux États-Unis étaient payés par chèque ou en liquide. La COVID-19 a suscité de nombreuses crises, mais le fait de ne pas être en mesure de payer le loyer de son logement est devenu une question cruciale pour de nombreux Américains depuis plus d’un an. Dans cet article, nous avons demandé à Jan Marc Kuelper, VP pour le Développement Stratégique de l’eCash aux États-Unis, pourquoi les solutions de paiement par eCash pourraient résoudre certaines difficultés liées au logement résultant de la pandémie, non seulement pour les locataires désireux de payer en liquide, mais aussi pour les gestionnaires immobiliers encaissant les paiements de loyer.

Jan Marc, dans l’un de vos récents articles sur le Blog de Paysafecash, vous avez affirmé les choses suivantes : « La COVID-19 a été le catalyseur d’une transformation numérique rapide pour les entreprises et les consommateurs. Bon nombre d’aspects de la vie quotidienne des gens étaient déjà passés au numérique avant la pandémie, mais ce changement a rapidement accéléré cette tendance. » Comment cela s’applique-t-il à la gestion locative ?

Jan Marc Kuelper : Cela s’applique très bien à ce domaine d’activité. Mais le passage des paiements hors ligne aux paiements en ligne pour les loyers s’est globalement inscrit dans un processus plus lent que dans d’autres domaines d’activité depuis la période antérieure au COVID-19, et continue à être ralenti aujourd'hui car de nombreux citoyens américains sont confrontés à de très grandes difficultés à payer leur loyer. L’économie des petits boulots est en plein essor depuis la COVID-19, et pour les employés encore plus nombreux qui comptent maintenant sur des salaires ou des rémunérations irrégulières versées en liquide, la numérisation des services n’est pas aussi facile qu’elle devrait l’être. Le fait que ces groupes de la société américaine qui sont dépendants du liquide soient inclus dans les systèmes financiers numériques du futur croît en importance chaque jour.

Que veut dire l’inclusion financière pour les gestionnaires locatifs ?

Jan Marc Kuelper : En premier lieu, il faut dire que la COVID-19 et les mouvements sociaux de 2020 ont mis en évidence le fait que la diversité et l’inclusion ne peuvent plus continuer à être négligées ; elles doivent être soutenues partout et à tout moment. Les mouvements sociaux mondiaux tels que #blacklivesmatter et la prise de conscience croissante de ce que signifie le fait d’être un lieu de travail inclusif sont deux exemples clairs de ce mouvement en action.

L’inclusion financière fait partie de cette discussion.

Jan Marc Kuelper 

VP, Strategic Business Development
USA, eCash 

En ces temps de numérisation accélérée des services financiers, comprenant tous les groupes de clients et pas seulement ceux qui connaissent bien le monde numérique, il s’agit là d’une nécessité critique pour toutes les activités.

Nous pouvons le constater dans les paiements liés au eCommerce : En 2019, 20 % de tous les abandons de panier l’étaient du fait de clients incapables de payer avec leurs méthodes de paiement préférées. Ceci peut être facilement transposé dans d’autres activités telles que la gestion locative parce nous sommes tous des clients chaque fois que nous réalisons une transaction telle qu’un paiement de loyer. Si les gestionnaires locatifs ne proposent pas diverses solutions de paiement, les conséquences sont claires : les locataires peuvent ne pas être en mesure de payer leur loyer à temps.

Voire de payer tout simplement leur loyer.

Exact. Encore une fois : la pandémie mondiale ne détruira pas tout le système locatif américain, mais elle a définitivement impacté les gestionnaires locatifs et les locataires qui ont des difficultés à payer régulièrement leurs loyers ou leurs échéances hypothécaires. Les questions de paiements de loyer ne sont pas un phénomène nouveau, mais se sont incontestablement aggravées. L’aide gouvernementale, p. ex. sous la forme de chèques d’incitation ont mis certains aspects en évidence : de nombreux Américains, dès qu’ils ont reçu de l’argent, ont commencé par payer leur loyer afin d’éviter les expulsions, c.-à-d. qu'ils paient dès qu’ils le peuvent parce que personne ne veut devenir sans-abri.

Dès que les locataires ont de l’argent pour payer leur loyer, qu’est-ce qui les empêche de le faire à temps ?

La forme sous laquelle l’aide de l’État parvient à ces groupes sociaux qui sont dans le besoin joue un grand rôle. Les groupes à faible revenu ne bénéficient souvent pas ou peu de services bancaires et attendent de l’argent en liquide, en étant parfois confrontés à des retards comme nous l’avons vu l’an dernier. Ceux qui ont des emplois doivent parfois attendre que leurs salaires soient payés en liquide. Si c’est le cas, leur capacité à utiliser différentes méthodes de paiement autres que le liquide pour payer leurs dépenses quotidiennes telles que l’alimentation, les services ou leur loyer est limitée. Ils ne peuvent pas le faire sous forme numérique.

De ce fait, ils n'ont pas la possibilité de payer leur loyer si le gestionnaire locatif veut maximiser les avantages d’accepter les paiements numériques – alors qu'ils pourraient le faire effectivement à l'aide du liquide. En répondant aux besoins des locataires et en leur offrant des options de paiement en liquide pour payer les loyers, les gestionnaires locatifs disposant de plateformes locatives numériques aident les locataires à éviter l’expulsion, peuvent payer leurs propres dépenses liées à la maintenance des biens locatifs, et soutiennent l’inclusion financière. En outre, l’encaissement d’argent de cette manière est bien moins coûteux et moins risqué pour le gestionnaire locatif.

Qu’est-ce qu’une option de paiement en liquide signifie pour les gestionnaires locatifs à long terme ?

Jan Marc Kuelper : De nombreux Américains souffrent maintenant et continueront à souffrir à l’avenir de l’impact à long terme que la pandémie mondiale a eu sur leur situation financière. Au début de cette année, 18 % des locataires aux États-Unis ont cessé de payer leur loyer parce qu’ils n’étaient tout simplement pas en mesure de le faire lorsque le chômage a explosé. Les adultes ayant de faibles revenus sont notamment confrontés à des fins de mois difficiles : 46 % ont des difficultés à payer leurs factures en général, 32 % ont cité explicitement le paiement de leur loyer . En l’absence de paiements réguliers des locataires, les gestionnaires locatifs ne seront pas non plus en mesure de payer leurs échéances hypothécaires régulières et se trouveront également en difficulté. Il est de l’intérêt de tous de devenir plus flexible dans le domaine des paiements et de permettre de payer de différentes façons, y compris en liquide.

Pourquoi est-ce que le liquide continue à jouer un rôle important dans la société américaine, notamment quand on parle de loyers ?

Jan Marc Kuelper : Les chiffres parlent d’eux-mêmes : d'après les récents rapports de la FDIC 22 % des ménages américains ne bénéficient pas ou peu de services bancaires. En clair : environ 63 millions de citoyens américains, une population presque égale à toute la population de la France, n'a toujours pas totalement accès aux services bancaires et aux paiements numériques. De nombreux locataires peuvent avoir accès à des ressources pour couvrir leur loyer mensuel, mais pour différentes raisons, ils n’ont pas de carte de débit ou de crédit. Certains d’entre eux ne peuvent pas se permettre de payer des frais bancaires réguliers, d’autres ne souhaitent tout simplement pas dévoiler leurs données financières en ligne par crainte d'être victimes d'usurpation d'identité. En 2019, 32 % des Américains se faisaient du souci à propos du vol en ligne des coordonnées de leur carte de crédit, 14 % au sujet des prêts et loyers de crédit-bail, et 7 % concernant la fraude bancaire. L’inclusion du liquide dans les systèmes de paiement numériques pour les paiements de loyers semble être une réponse logique aux besoins des locataires.

 

* www.paysafecash.com/fr/business/blog/les-especes-sont-la-clef-du-marche-de-la-location-americain-de-demain/